Le rétroblogpub

Découverte du monde de la pub écrite, de la mode, de la condition féminine et de la vie quotidienne des années 1930 à 2000, au travers de publicités et articles parus dans des magazines féminins de l'époque.

mercredi 21 novembre 2007

Histoire close

15904966
En 1913, Auguste part faire son service militaire, laissant sa femme et son bébé Norbert. Il écrit souvent pour donner des nouvelles, raconte la régiment, les marches, le sergent qui n'est pas tendre. Il prend des nouvelles de son fils qui fait ses dents, dit qu'il languit de revenir pour les retrouver tous les deux : sa femme et son petit.
Auguste ne rentrera pas du service puisqu'il sera happé par l'histoire. La grande guerre débute et il est envoyé au combat : il mourra le 21 novembre 1914 en Lorraine à l'âge de 24 ans.
Son fils grandira sans son père, comme beaucoup à la même époque. Voici ce que Norbert écrit comme rédaction scolaire en mai 1924 sur le thème de la tristesse. Connaissant son histoire personnelle, ce texte n'en est que plus émouvant.
IMG_2011
IMG_2012

A 17 ans, Norbert mourra d'un coup de sabot de cheval. Il laissera sa mère seule.
Demain, je vous donnerai d'autres extraits de ses cahiers d'écolier.
Syl

Posté par Syl69 à 07:43 AM - Cahiers - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires sur Histoire close

  • Ce texte me bouleverse. Norbert a 11 ans lorsqu'il rédige cette rédaction ; l'âge de mon fils aujourd'hui. La guerre, la maladie de sa maman, une vie qui s'annonce courte. C'est dur et touchant.

    Posté par Nelly, mercredi 21 novembre 2007 à 08:20 AM | | Répondre
  • Ce texte me bouleverse. Norbert a 11 ans lorsqu'il rédige cette rédaction ; l'âge de mon fils aujourd'hui. La guerre, la maladie de sa maman, une vie qui s'annonce courte. C'est dur et touchant.

    Posté par Nelly, mercredi 21 novembre 2007 à 08:20 AM | | Répondre
  • Cette histoire

    est bouleversante.
    Ton texte a fait remonter en moi le souvenir de mon grand-pére partit comme Auguste à la grande guerre, persuadé d'être là à Noël. Il a été plongé dans l'horreur, il n'est pas revenu, il est mort dans les tous premiers mois et n'a jamais connu sa fille: Maman.Une fois la guerre terminé ma grand-mére a voulu aller sur le champ de bataille avec d'autres veuves pensant trouver "quelquechose" lui appartenant( quand on sait comment ont étaient retournés les champs de bataille avec les obus, c'était illusoire)Je pense qu'elles avaient besoin de cela pour faire leur deuil.Il est resté une plaie à jamais cicatrisée chez ma grand-mére .

    Posté par michèle, mercredi 21 novembre 2007 à 08:50 AM | | Répondre
  • La maman

    de Norbert a encore eu ce grand malheur de perdre son enfant.....comment alors réussir à s'en sortir????

    Posté par michèle, mercredi 21 novembre 2007 à 08:52 AM | | Répondre
  • j'avais déjà un petit coup de " calgon " aujourdhui ...mais alors là ......et en plus on ose se plaindre parfois .....

    Posté par beat, mercredi 21 novembre 2007 à 04:32 PM | | Répondre
  • NELLY : Oui ça l'est. La découverte cet été de la correspondance de son père, puis ses cahiers d'enfant....c'était dur et touchant à la fois

    MICHELE : Cette guerre a laissé beaucoup de blessures dans beaucoup de familles. Peu ont été épargnées.

    BEAT : Cela remet un peu les pendules à l'heure. Désolée d'arriver avec cette histoire un jour pas top.

    Posté par Syl, mercredi 21 novembre 2007 à 07:35 PM | | Répondre
  • Oui, cette histoire est très émouvante, et très triste. Perdre d'abord son mari à la guerre, puis son enfant... perdre un enfant : la pire chose qui puisse arriver...
    Et la maman a-t-elle guéri ? et si oui, a-t-elle pu se remettre de tous ces tragiques événements ?
    Je reviendrai demain pour lire les autres extraits de son cahier.
    Merci Syl. A demain.

    Posté par Francoise, mercredi 21 novembre 2007 à 09:13 PM | | Répondre
  • Histoire close

    Tristes destinées humaines. Tu fais bien Sylvie de publier des extraits, des traces de vie, simples mais pourtant si chargées d'émotions. Bisous.

    Posté par lechantdupain, jeudi 22 novembre 2007 à 12:15 AM | | Répondre
  • JEAN JACQUES : La petite histoire dans la grande histoire de France permet de ramener les évènements à l'humain et plus à des chiffres. On l'oublie souvent; Bises à toi

    FRANCOISE : Aujourd'hui on se pose bcp de questions, avant on prenait la vie comme elle vient, avec ses souffrances et ses joies et on continuait à avancer...Pas le choix. Mais elle est restée seule, ne s'est pas remariée

    Posté par Syl, jeudi 22 novembre 2007 à 03:29 PM | | Répondre
Nouveau commentaire